Première Edition

A l’instar de nombreux Pays, le Royaume du Maroc a mené une réforme profonde et globale de son système judiciaire, cette réforme a eu comme fondement les dispositions pertinentes de la nouvelle constitution du Royaume de 2011, qui a posé les principes directeurs du pouvoir judiciaire, en vertu desquels le Roi est le garant de l’indépendance de ce pouvoir, érigé en pouvoir constitutionnel indépendant du législatif et de l’exécutif, concrétisé par le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, institution constitutionnelle présidée par le Roi, consacrant ainsi les droits des justiciables, les règles de fonctionnement de la justice et son leur rôle dans la protection des droits des personnes et des groupes ainsi que leur liberté et leur sécurité judiciaire.

Il est indéniable que les mutations rapides du monde actuel et ses efforts incessants pour instaurer la sécurité juridique et judiciaire ont incité les États à réformer leurs systèmes judiciaires afin de consolider l’indépendance du pouvoir judiciaire, garantir un procès équitable, simplifier les règles et les procédures, moderniser l’administration judiciaire, veiller à statuer sur les affaires et à l’exécution des jugements dans des délais raisonnables.

Il ressort des résultats obtenus que le Royaume du Maroc, à l’image de la majorité des pays, dispose de plans et de programmes de réforme compatibles avec son identité nationale. Néanmoins, nul ne peut affirmer qu’il existe un modèle parfait ou exemplaire, en dépit de l’universalité des valeurs de la justice et de l’équité.

Et compte tenu de la nécessaire instauration et consolidation des canaux de communication et de rapprochement entre les systèmes juridiques et judiciaires d’une part, et de l’échange continu des connaissances et des informations d’autre part, il est primordial de prendre connaissance des réformes menées par chaque pays, via les mécanismes de coopération internationale afin de partager les meilleures expériences et les bonnes pratiques, s’en inspirer et en tirer profit pour permettre à tout un chacun de prendre part à la marche de la mondialisation.

Et c’est dans ce cadre que s’inscrit l’organisation de la Conférence internationale de Marrakech sur la Justice, en présence de Ministres de la Justice, de Présidents des Conseils Supérieurs de la Magistrature, de Présidents des Ministères Publics, d’organisations de défense des droits de l’Homme, d’organisations professionnelles, d’experts et universitaires de divers pays.

La première édition de la Conférence portera sur l’Indépendance du Pouvoir Judiciaire, entre la garantie des droits des justiciables et le respect des règles de fonctionnement de la Justice à travers les axes suivants :

  • L’évolution de l’indépendance du pouvoir judiciaire dans un monde en mutation ;
  • La gouvernance de l’administration judiciaire et le renforcement de son efficience;
  • Le développement des capacités institutionnelles du système judiciaire ;
  • La moralisation du système judiciaire.

Compte tenu de l’importance et de la pertinence des thématiques de la Conférence et des conclusions et recommandations qui en découleront, les participants seront invités, non seulement à présenter les résultats des programmes de réforme dans leurs pays respectifs, mais aussi à soulever les problématiques les plus importantes qui ont accompagné la mise en application des réformes en question ainsi que les solutions adoptées, de manière à instaurer une interdépendance et de complémentarité entre les différents programmes de réforme.

Parallèlement à ses aspects scientifiques, la Conférence offrira une atmosphère propice à la découverte d’une partie du patrimoine civilisationnel et culturel du Royaume du Maroc. Les participants découvriront la ville de Marrakech, « le joyau ocre » nichée au pied des montagnes du Haut Atlas, ils apprécieront les secrets de son charme fascinant, sa splendeur magnifique, ses monuments intemporels et ses arts joyeux. La conférence combinera ainsi la recherche du savoir et le plaisir du partage.